iCagenda - Calendar

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

iCagenda - Event List

Aucun évènement à venir!

Frequently Asked Questions - Enfants et adolescents

FAQs - Enfants et adolescents

Chez les jeunes enfants et les adolescents, nous pouvons observer comme chez les adultes, des signes ou symptômes, conséquences d’événements traumatisants. Lorsqu’un comportement étrange émerge soudain, il est utile de chercher ce qui se cache derrière. Qu’est-il arrivé à l’enfant en lien avec ce comportement ? L’EMDR peut être utilisé comme méthode de traitement lorsque nous pouvons établir l’association entre les difficultés ou plaintes de l’enfant et un ou des événements traumatisants.

Un enfant/adolescent peut être traumatisé à quatre niveaux :

1. l’enfant/adolescent est lui-même victime de l’événement traumatisant.
• Soit un événement unique : incendie, vol, accident de voiture, intervention médicale, être perdu dans un parc d’attractions, étouffement avec un morceau de nourriture, morsure de chien, agression sexuelle, viol...
• Soit des événements traumatiques multiples : harcèlement, traitements médicaux successifs, abandon, placements multiples, violence conjugale, violence physique, abus sexuel, négligence physique ou émotionnelle ...

2. l’enfant/adolescent est témoin de l’événement traumatique. Cela peut se produire une seule fois ; par exemple, être témoin d’un accident de voiture, d’un incendie de la maison des voisins, de violence ou morsure de chien dans la rue,...
Les événements traumatiques peuvent aussi être multiples : violence verbale ou physique entre parents, divorce, maladie grave d’un parent,...

3. l’enfant/adolescent a entendu ou regardé des images d’ événements traumatiques. Exemple : guerre ou catastrophe, images à la télévision, conversations avec des pairs à l’école sur des attentats, un film d’horreur, des histoires dramatisées...

4. l’enfant/adolescent imagine des catastrophes et des choses effrayantes sur base de faits (entendus, perçus ou interprétés) qui vont alimenter ses angoisses.
Exemple : Des parents qui périssent dans un accident de voiture, un attentat, un voleur ou un monstre qui se cache dans la maison, un kidnapping, une appréhension de catastrophe (morsure de chien ou d’araignée...), échec scolaire,...

Tout comme les adultes, les enfants ayant été confrontés à des événements traumatisants souffrent de symptômes intrusifs, tels que des cauchemars, flash-back qui peuvent déclencher une réaction violente. Ces symptômes se manifestent généralement à travers le jeu des enfants plus jeunes. Le lien avec l’événement n’est pas toujours évident.
Un autre signe consiste en l’évitement : évitement des personnes, des endroits/conversations en lien avec l’événement.
On constate aussi souvent des changements inexpliqués d’humeur, de pensées ou d’émotions, une diminution d’intérêt pour les activités et un retrait social (rêveries...). Généralement, il exprime moins d’ émotions positives. L’enfant semble en état d’alerte : Il est plus souvent en colère, hypervigilant, a des réactions de peur, développe des phobies, des comportements compulsifs, des problèmes de concentration ou/et des troubles du sommeil...

Régulièrement, l’enfant régresse et reprend des comportements qu’il avait dépassés (sucer son pouce, faire pipi au lit, ne pas vouloir dormir, s’accrocher à un parent...)

Parfois le lien entre le comportement et l’événement est évident mais à d’autres moments, il l’est beaucoup moins et nécessite une recherche minutieuse.

L’EMDR peut être utilisé dès l’âge de 12 à 18 mois. Dans le traitement des jeunes enfants les parents/tuteurs jouent un rôle très important. Ils sont toujours présents en séance et nous travaillons avec l’enfant selon une procédure personnalisée qui s’appuie sur leur collaboration.

Plus l’enfant est jeune, plus les parents sont impliqués dans le traitement EMDR. Habituellement, ils connaissent l’histoire du traumatisme et l’enfant se sent en confiance avec eux. Chez les enfants plus âgés, l’implication des parents à travers les informations qu’ils rapportent, est précieuse pour suivre l’évolution des plaintes de l’enfant.

Avant de démarrer le traitement de l’enfant plus âgé, le travail sera expliqué aux parents. L’enfant fait partie intégrante de son milieu familial. Il absorbe tout ce qui y est exprimé ou non dit. Il est vraiment utile de travailler dans la meilleure cohérence possible avec les parents afin de favoriser le traitement EMDR chez l’enfant.

L’EMDR est une option valable s’il existe un lien entre les symptômes actuels de l’enfant/adolescent/adulte et des événements significatifs qui se sont produits dans les premières années de la vie. On a longtemps pensé que les faits ayant lieu avant ¾ ans ne s’inscrivaient pas dans la mémoire car les personnes ne s’en souvenaient pas. Toutefois, ces dernières décennies, la recherche a démontré que les événements sont bien enregistrés dans les zones du cerveau déjà développées au moment du traumatisme, en particulier le cerveau émotionnel et le cerveau reptilien et peuvent causer des effets durables. Par exemple, des événements choquants que le fœtus a connu pendant la grossesse peuvent donner lieu à certains symptômes. Une procédure modifiée de L’EMDR est alors appliquée pour ces traumatismes précoces.

Oui et non. Les enfants présentant des troubles du développement et/ou d’apprentissage (autisme, TDAH, TDA,...) souffrent fréquemment de malentendus, de sentiments de rejet, d’intimidation ou encore de harcèlement... L’EMDR peut aider à neutraliser ces conséquences néfastes mais toutefois, ne va pas agir sur le trouble du développement en tant que tel.

Avant l’adoption, l’enfant a toujours vécu plusieurs moments de séparation et d’expériences de perte. Ces traumatismes préverbaux auront un impact sur le lien d’attachement de l’enfant à ses nouveaux parents et le sentiment de confiance vis-à-vis d’eux, au monde et en lui-même qu’il pourra progressivement développer.
L’EMDR est indiqué, quelque soit l’âge de l’enfant au moment de son adoption. L'histoire de l'enfant pourra être retravaillée même si nous n'en possédons pas toutes les informations.

Le traitement en EMDR avec les enfants et adolescents est en général plus rapide qu’avec les adultes, problablement parce que leur réseau mémoire est moins étendu mais aussi parce que leurs symptômes sont souvent moins rigidifiés.

Il est souvent difficile pour les jeunes enfants de suivre les mouvements des doigts du thérapeute (mouvements oculaires). D‘autres stimulations leur sont alors proposées (auditives, ou tactiles).
Pendant le traitement, nous observons chez les enfants plus souvent des réactions physiques qu’émotionnelles.

Il va sans dire que le traitement d’un traumatisme unique nécessite généralement moins de temps que le traitement de différents traumatismes. Le traitement d’un traumatisme unique peut varier de 1 à 2 séances à 5/6 séances. Si aucune amélioration se produit, d’autres facteurs doivent être pris en considération. Le nombre de séances pour un traumatisme répété est fortement dépendant de la complexité de la question et fait souvent partie d’une thérapie globale du traumatisme en EMDR.

Dans un premier temps, il est important d’assurer la sécurité de l’enfant. Par la suite, il sera possible de travailler en l’EMDR, en présence d’un parent ou d’un référent, selon la situation de l’enfant et son âge.

Immédiatement, après avoir connu un événement traumatisant l’ apparition des symptômes décrits plus haut est normale. Cependant, si malgré le soutien des parents et de l’environnement, ces symptômes persistent au cours des semaines suivantes, si les plaintes initiales ne se réduisent pas ou lorsque le développement de l’enfant est susceptible de se bloquer, il est important de demander de l’aide dès que possible.

Il est important de reconnaître et de prendre en charge les effets du traumatisme dès que possible afin de permettre à l’enfant de reprendre rapidement un cours normal de développement. Les parents pourront aussi retrouver une énergie positive et gérer adéquatement leur rôle parental.

L’EMDR chez l’enfant est plus complexe qu’il n’y paraît. Par conséquent, il est important de consulter un thérapeute en EMDR reconnu par EMDR-Europe ayant été formé dans l’application spécialisée de l’EMDR pour les enfants et adolescents. L’expérience du travail avec des enfants et des jeunes est d’une grande importance.
Vous pouvez trouver une liste des praticiens EMDR enfants et adolescents et des candidats praticiens EMDR enfants et adolescents sur ce site Web.

Des brochures destinées aux clients existent dans différentes langues et pour différents groupes cibles : www.emdrkindenjeugd.nl.